Extranet Presse Blog
Partager :

Podcast "Faire les murs"

Faire les murs, le podcast d’Espacité, va à la rencontre de celles et ceux qui changent la ville.  Chercheurs, architectes, urbanistes, collectivités… chaque épisode interroge, avec un expert du sujet, les tendances qui façonnent la ville et ont un impact sur ses habitants.

Episode 1 – Tous habitants, tous promoteurs !

Avec Rabia Enckell

L’habitat participatif connaît un important essor en France. Les premières expérimentations sont derrière nous, les projets ne sont plus uniquement portés par un cercle d’initiés ou de militants. A Espacité, nous pensons que c’est plutôt une bonne chose : ses promoteurs se diversifient, son profil d’habitant s’élargit, son modèle se démocratise. Rabia Enckell est entrepreneure, formatrice et chargée de cours mais également « promotr[ice] de courtoisie urbaine ». Derrière cette formule inattendue, on peut lire l’importance donnée à la compréhension des attentes des habitants ou l’apprentissage du « rôle »  de voisin. Elle nous aide à prendre la mesure de cette « troisième voie » d’accès au logement - et nous explique pourquoi tout le monde en sort gagnant. 

Pour aller plus loin :

Ecouter le podcast

Episode 2 : Vers une ville du capital ?

Avec Ludovic Halbert

La tendance serait inéluctable : la ville serait sous l’emprise du grand capital, et la financiarisation rampante. Le concept est dans l’air du temps ; nombreux sont les acteurs qui utilisent à tout va les termes de « financiarisation » quand ils traitent de la question urbaine. Tout peut–il pour autant être taxé de « financier » ? Comment (et jusqu’où) le logement est-il concerné ? A Espacité, nous n’aimons pas les mots et les analyses hâtives. Alors pour mieux comprendre ce qui se joue, nous avons décidé de prendre le temps avec Ludovic Halbert, géographe et chargé de recherche au CNRS (Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés – LATTS – de L’université Paris-Est) de comprendre comment fonctionnent les circuits de financement dans la production urbaine, et en quoi certains d’entre eux, issus de la finance de marché, produisent des effets différents.

Pour aller plus loin :

Ecouter le podcast 

Episode 3 : Le mal-logement, problème insoluble ? 

Avec Anne-Claire Davy

Certains médias semblent avoir découvert l’importance du mal-logement avec la crise sanitaire. Dans une région-capitale comme l’Ile-de-France, le phénomène est pourtant massif, ancien… et en perpétuelle transformation. Anne Claire Davy, sociologue et spécialiste des questions d’habitat et de mode de vie à l’Institut Paris région décrypte avec nous ses mutations les plus récentes et la manière dont les différents acteurs (collectivités mais aussi propriétaires) s’en saisissent. Révélateur de marchés du logement qui dysfonctionnent, les solutions sont à penser à l’échelle régionale et à associer aux dynamiques de population.
A Espacité, nous pensons que c’est aussi avec ce type de marqueurs que les politiques progressent.

Pour aller plus loin :

Ecouter le podcast 

Episode 4 - La fin du logement social « à la française » ?

Avec Jean-Claude Driant 

Le modèle de logement social « à la française », souvent loué ou envié par nos voisins européens, est mis à mal. L’année 2018 a marqué une étape très symbolique dans cette évolution, avec l’obligation faite aux organismes de baisser leurs loyers d’environ un milliard d’euros par an. Cette année, malgré la crise, l’obligation est maintenue et se voit doublée d’une seconde ponction auprès d’Action logement pour alimenter le budget de l’Etat. Ces diminutions dans les sources de financement du logement social pèsent, à terme, dans la capacité d’investissement des acteurs du secteur mais aussi sur leurs stratégies et sur leur positionnement. 

Jean-Claude Driant, urbaniste, professeur à l’école d’urbanisme de Paris, revient sur cette dynamique et en quoi ce changement de modèle économique a des incidences plus profondes sur les piliers qui ont longtemps fait l’originalité – et la force - de notre modèle.

Pour aller plus loin :

Ecouter le podcast 

Episode 5 - Le secteur du logement à l’épreuve d’Airbnb : l’illustration d’un rapport de force inégal 

Avec Anne-Cécile Mermet 

L’irruption d’Airbnb dans les métropoles touristiques a généré un important débat public - et politique - en France. Ce « syndrome Airbnb », terme utilisé pour qualifier l’impact des nouvelles plateformes numériques sur les villes, ne se limite pas à la transformation de nos pratiques touristiques, mais englobent plusieurs aspects. Ayant profité dans un premier temps d’un relatif vide juridique, ces plateformes bouleversent les quartiers dans lesquelles elles prospèrent. Elles sont accusées à la fois d’une concurrence déloyale envers l’hôtellerie traditionnelle et de concourir à l’envolée des prix du logement, mobilisant les élus locaux contre elles. Acteurs incontournables de la ville, elles se développent pourtant « à l’écart » des politiques publiques qui peinent à en réguler l’activité. 

Dans ce nouvel épisode de Faire les murs, Anne-Cécile Mermet évoque, à travers les exemples de Paris et Reykjavík, les différentes facettes des plateformes numériques d’intermédiation, et nous montre comment ce type de modèle est bien éloigné de la philosophie positive de la smart city. 

Anne-Cécile Mermet est géographe, docteure et maîtresse de conférences à Sorbonne Université et fait partie du laboratoire de recherche Médiations. Elle s’intéresse aux différentes formes de la gentrification dans nos villes, à l’urbanisme des plateformes et aux relations entre production urbaine et activités commerciales

Ecouter le podcast 

Episode 6 - La finance à impact, une réponse au sans-abrisme ?

Avec François de Borchgrave

Le développement ces dernières années de la finance à impact offre de nouveaux leviers pour répondre aux enjeux environnementaux et sociaux de notre société. C’est dans ce contexte que le secteur du logement, en recherche de diversification de ses ressources, s’ouvre progressivement à ce type de modèles. 

La société d’investissements belge INCLUSIO s’est ainsi donnée pour mission de permettre aux personnes à bas revenus ou en difficulté d’accéder à un logement. En se présentant comme un nouveau mode de partenariat public-privé, ce fonds d’investissement souhaite apporter une solution aux insuffisances du logement social traditionnel belge et à la réduction des financements publics. Sur le modèle de l’intermédiation locative permettant de mobiliser le parc privé, INCLUSIO investit dans des actifs immobiliers dans les grandes villes belges pour les placer en gestion auprès d’agences immobilières sociales, chargées de les louer aux publics précaires. Entré en bourse à la fin de l’année 2020, le fonds cherche à concilier rentabilité économique de ses investissements et impact social positif. 

Ce modèle fait écho aux interrogations du moment sur les manières de faire la ville, d’inscrire les investissements dans la durée, ou encore sur leurs effets sur les dynamiques socio-spatiales générée. Autant de questions que nous abordons avec François De Borchgrave, spécialiste de la finance à impact.

François de BORCHGRAVE est le co-fondateur et directeur de la société de finance à impact KOIS. Avec une expérience d’une vingtaine d’années dans le monde de la finance dont dix dans la finance à impact, il est avec KOIS à l’initiative de la société d’investissement immobilier à vocation sociale INCLUSIO.

Ecouter le podcast 

Episode 7 - Défi climatique et développement résidentiel : la quadrature du cercle ? L’exemple de Rennes métropole

Avec Nathalie Demeslay

En matière de politiques locales de l’habitat, Rennes Métropole est souvent citée en exemple. Depuis 50 ans, la métropole travaille sur une approche systémique de la politique locale de l’habitat, en intervenant sur tous les maillons de la chaine et en portant, souvent avec les autres, de très nombreuses expérimentations.

Nathalie Demeslay, responsable du service habitat de Rennes Métropole, décrypte avec nous les défis qui se posent aujourd’hui pour garantir une réponse équilibrée aux différents défis auxquels sont confrontées les métropoles. Face aux enjeux climatiques, à la réduction de la qualité d’usage des logements ou encore à des besoins sociaux toujours plus importants, la métropole de Rennes continue de se projeter et d’imaginer des solutions locales

Pour aller plus loin :

Ecouter le podcast 

Episode 8 - La crise sanitaire : amplificateur des dynamiques résidentielles ?

Avec Marie-Christine Jaillet

La crise sanitaire a mis en lumière un attrait renouvelé pour la qualité d’usage des logements, et notamment pour les qualités propres au logement individuel (plasticité, espaces intermédiaires, rapport à la nature...). On a vu émerger ou se développer des pratiques comme la bi-résidentialité, qui consiste à partager sa vie entre plusieurs logements, dans des lieux différents. Le développement du télétravail, et l’expérience des confinements successifs, ont pu jouer dans l’intensification du phénomène.

Plus largement, le contexte réactive la question des parcours et des dynamiques résidentielles. Quels choix font - et ont les moyens de faire- les individus ? Comment prendre en compte ces besoins dans les politiques publiques, qui traitent souvent la question de l'accès au logement sous un angle statique ? Comment permettre à chacun d'avoir accès à un logement qui corresponde à ses besoins ?

Marie-Christine Jaillet, sociologue et directrice de recherche au CNRS, revient avec Anne Katrin Le Doeuff, sur les phénomènes liés au logement et à l’environnement urbain que la crise sanitaire a amplifiés, et sur les enjeux à venir des politiques nationales et locales de l’habitat.

Ecouter le podcast