Extranet Presse Blog
Partager :
20/01/2021

Lutte contre l’habitat indigne en outre-mer – Des ateliers de co-construction pour outiller la lutte contre l’habitat indigne, avec de nombreux acteurs locaux de la Communauté d’agglomération du Centre de la Martinique (CACEM)

Espacité accompagne la Communauté d’agglomération du Centre de la Martinique (CACEM) depuis 2017 dans les différents volets de sa politique de l’habitat. La CACEM a notamment confié à l’agence l’élaboration de son programme local de l’habitat (PLH) et une étude sur la stratégie habitat et peuplement dans le cadre de son nouveau programme de rénovation urbaine (NPRU).

Depuis 2019, Espacité, en co-traitance avec les bureaux d’études locaux CED et BERIM, réalise une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour l’élaboration du Plan intercommunal de lutte contre l’habitat indigne de la Communauté d’Agglomération du Centre de la Martinique (PILHI de la CACEM ).

 Le PILHI, un plan rendu obligatoire dans les Départements-Régions d’outre-mer, vise à orchestrer la lutte contre l’habitat indigne sur une période de 6 ans, dans des contextes où cet habitat indigne recoupe pour une large part des situations d’habitat informel. Dans le cas de la CACEM, le PILHI prolonge le PLH adopté en 2019 sur le volet habitat indigne.  

Il vise à établir d’abord un diagnostic de l’habitat indigne qui couvre l’entièreté du territoire intercommunal. Ce diagnostic permet d’assoir une stratégie d’intervention globale qui définisse des objectifs, des priorités et identifie les outils les plus adéquats, tout en intégrant les opérations en cours.

 En décembre 2020, Espacité a présenté aux acteurs locaux et à leurs partenaires l’atlas de l’habitat indigne, réalisé en croisant de nombreuses sources de données et un repérage de terrain de près de 3 000 logements. Sur la base de ce diagnostic partagé, l’agence et CED ont mené 4 groupes de travail afin de co-construire les objectifs et le plan d’action.

Une attention particulière a été portée sur les conditions de réussite et d’achèvement des opérations de résorption de l’habitat insalubre (ORHI), l’appréhension des solutions de relogement les plus adaptées, et enfin à l’articulation avec le plan de prévention des risques dont les zonages réglementaires affectent une large part du territoire communautaire.

 Olivier Larique et Simon Pétrelle, chefs de projets