Extranet Presse Blog
Partager :
26/03/2021

Colocation, coliving : Espacité accompagne la ville de Lille pour maîtriser les effets de ces nouvelles formes d’habitat

Rendue visible par « L’auberge espagnole » de Cédric Klapisch, la colocation s'est progressivement imposée comme une nouvelle tendance, en particulier pour les étudiants. La loi Alur, en 2014, est venue lui donner un cadre juridique défini, en l’introduisant dans la loi de 1989 sur les rapports locatifs. Mais au-delà du côté « moderne » de la colocation, des pratiques peu vertueuses de certains bailleurs ont conduit à des effets pervers, voire à de réelles pratiques de marchands de sommeil. Plus récemment, de nouvelles formes sont apparues, au travers du coliving, qui n’offre pas simplement un logement, mais plutôt un ensemble de services, destiné à des jeunes en mobilité, avec des revenus confortables.

Pour mieux comprendre ces phénomènes et en appréhender les effets réels ou possibles sur les marchés de l’habitat, la Ville de Lille a initié une étude, confiée à Espacité, pour caractériser ce qu’il se passe en la matière, analyser les mécanismes juridiques et fiscaux qui peuvent encourager le développement des effets négatifs de la colocation et mettre en place un outil d’observation sur son territoire. A partir des constats qui seront faits dans le cadre de cette étude, il s’agira aussi de faire des propositions au législateur pour améliorer le cadre existant. La mission vise aussi à définir les actions à mettre en place, au niveau de la Ville, notamment en termes de communication, pour faire en sorte que la colocation puisse répondre aux attentes de ceux qui souhaitent ce mode de logement, sans aller à l’encontre de sa politique pour favoriser le logement abordable, qui se traduit par la mise en place de l’encadrement des loyers, le développement du parc social ou encore du bail réel solidaire.

Espacité s’est associée avec le CEREMA, Me Guillaume Marot et le cabinet LGDR pour réaliser cette étude, qui démarre ce mois-ci.

Laura MARQUES, chargée de mission et Géraldine CHALENCON, directrice opérationnelle